Merci de patienter...

  •  

A l'est d'Eden

Classique Emotion, États-Unis, 1955, 1h49

De : Elia Kazan
Avec : Julie Harris, Richard Davalos, James Dean, Raymond Massey

Synopsis : La psychologie fouillée des personnages et l'interprétation phénoménale de James Dean, alors un parfait inconnu, qu'Elia Kazan avait repéré au théâtre, permit à ce drame familial de devenir un classique du cinéma américain. Le talent du jeune comédien explose dans Plus cette adaptation du roman de John Steinbeck, première réalisation en couleurs du réalisateur. Elia Kazan ne filma qu'un quart de l'oeuvre de John Steinbeck, grande fresque qui racontait l'histoire de deux familles sur trois générations. Celle-ci donna matière à développerquelques thèmes qui étaient chers au cinéaste et qu'on retrouvera dans LA FIÈVRE DANS LE SANG : le conflit avec le père, le puritanisme destructeur, les méfaits du libéralisme économique, et surtout, le manque d'amour. En effet, l'idée force de A L'EST D'EDEN est que lemalheur véritable est de ne pas être aimé, et Elia Kazan, comme James Dean, qui s'étaient tous deux heurté à la dureté paternelle, l'illustrent de façon stupéfiante de part et d'autre de la caméra. En 1914, à Sa Fermer

RegarderAjouter à ma playlistJ'aime

A propos


"Caïn se retira de devant l'Éternel, et séjourna dans le pays de Nôd, à l'est d'Éden." En s'appropriant cette phrase de la Genèse, l'écrivain Jonh Steinbeck tira un livre. De ce livre, le réalisateur Elia Kazan fit un film. Un grand film, même. Car à l'instar des transpositions réussies d'oeuvres littéraires au cinéma (Shining de Stanley Kubrick, Le Mépris de Jean-Luc Godard, Apocalypse Now de Francis Ford Coppola.), Kazan se joue des contraintes imposées par le récit d'origine. Cinéaste de l'arrangement, il nourrit ici son adaptation de questionnements intimes. Cet Est d'Eden là mettra au centre l'absence de l'amour du père, blessure vive pour ce fils d'émigré grec renié par les siens pour avoir voulu embrasser une carrière artistique. Dès lors, le film oscille entre une déclaration d'amour et un règlement de comptes sans complaisance. Cette dualité, cette brèche seront la force de cette histoire. Seul dans cet univers à fleur de peau, le jeune acteur James Dean fait ses premiers pas fragiles dans ces paysages en technicolor à la splendeur démesurée. Il devient alors ce corps perdu, ce visage insolent, éternel et solaire. Kazan, le mauvais fils, le traître, ne pouvait rêver mieux que lui pour incarner toute la poésie d'un enfant mal-aimé.

Avis des spectateurs

© 1955 Warner Bros. Productions

CANALPLAY est accessible sur tous vos écrans

Déjà abonné sur TV ? Créez gratuitement votre compte multi-écrans en cliquant ici.